Cabinet de Sophrologie Laetitia FERLIN - Sophrologue Spécialisée - Toulouse

 Cabinet Paramédical : 67, rue d'Alsace Lorraine 31000 Toulouse - Haute-Garonne -Téléphone : 06.15.96.18.66

Siret 751 170 390 00023

 Page Facebook - Instagram - YouTube  - Plan du Site - Copyright 2019-2021

BON SENS ET SÉRÉNITÉ :

BLOG D'UNE SOPHROLOGUE PASSIONNÉE

Je vous souhaite la bienvenue dans mon univers lié à la Sophrologie et au Bien-être

 

L’idée de ce blog, est de partager, par le biais de mes publications, une perception simple et claire du « Mieux vivre ensemble » sur tous les plans de la vie.  

 

Vous pourrez lire sur ce blog mes réflexions, mes coups de coeur et articles sur des sujets différents tels que : la gestion du stress, le sommeil, l'anxiété, la respiration, la pleine conscience, la confiance en soi, les acouphènes, les bienfaits de la sophrologie ...  
J'espère que vous aurez plaisir à les découvrir, tout comme j'ai plaisir à les partager avec vous.

 

Cet espace représente une nouvelle aventure pour moi et une occasion pour vous de prendre un instant pour vous ressourcer à travers mes publications.

 

Je sais à quel point les questions de quête du bonheur, de bien-être, de richesse, de relations épanouissantes, de vivre sainement, de consommer de manière éthique en respectant la nature etc…..sont des préoccupations que nous avons de plus en plus. Un changement de perception mondial s’opère et les enjeux pour l’avenir sont colossaux.

 

Les médias, nos bloggeurs/bloggeuses préféré(e)s ont grandement influencé notre regard sur notre environnement, sur nos habitudes ces dernières années…et je n’ai rien à apporter de plus aux milliers de conseils, de livres, de vidéos, de mails, de coachs, de conférenciers déjà existants. 

 

Il s’agit ici de sortir du business et du marketing autour de tout ça dont le seul effet est d’amener un peu plus de confusion, d’autres questionnements et beaucoup de jugements sur notre société, nos éducations, nos valeurs innées, nous rendant dépendant de sophistes en tout genre comme si nous n’étions plus capable de réfléchir par nous même.

 

Mes publications n’auront donc pas la prétention de venir vous apprendre de nouvelles choses, mais si c’est le cas tant mieux. En tant que praticienne en sophrologie, et dans le domaine du développement personnel en général,  je crois au bon sens de chacun. De plus par-dessus tout, j’ai foi en la dignité de l’être humain durant sa progression (et non son infantilisation) pourvu que nous sachions nous écouter, nous respecter nous-mêmes et les autres également. 

 

Laetitia Ferlin.

Lætitia FERLIN

Sophrologue spécialisée

Cabinet Paramédical de Toulouse

06.15.96.18.66

laetsophro@gmail.com

CONSCIENCE ET PRESENCE

05/12/2020

CONSCIENCE ET PRESENCE

L’acception du mot conscience est multiple. La conscience peut être définie comme la connaissance, la perception, intuitive ou réflexive immédiate, que chacun a de soi-même et du monde extérieur.

En psychologie, la conscience est une fonction de synthèse qui permet à un sujet d'analyser son expérience actuelle en fonction de la structure de sa personnalité et de se projeter dans l'avenir. En d’autres termes : « ces expériences, ce vécu, m’ont permis de comprendre, d’apprendre, de percevoir d’une certaine manière. Ces compréhensions, ces attentions, ces apprentissages et perceptions vont avoir une influence sur le présent et sur l’avenir »

 

En sophrologie, la conscience n’est pas seulement une fonction de rationalisation. Caycedo, fondateur de la sophrologie caycédienne,  l’a décrite comme une force permettant l’intégration de tous les éléments physiques et psychologiques de l’être humain.

 

Si la conscience est une force, nous pouvons donc la considérer comme étant une énergie, à part entière, pas nécessairement et uniquement interne à l’être humain. La conscience est comme une onde permettant la captation de l’information, une fréquence, une vibration. Par exemple, lorsque vous ressentez une sensation physique quelle qu’elle soit : une douleur, une caresse ou même une odeur, peu importe, c’est toujours la conscience qui permet d’en faire l’expérience grâce au cerveau, le récepteur de l’information, que celle-ci soit interne ou externe à nous.

 

Cependant, en plus de l’apprentissage, du mental, du dialogue intérieur, des croyances, des idées, des perceptions, de l’imagination, la conscience ou l’esprit peut se projeter aussi bien dans l’espace (visualiser ses prochaines vacances par exemple) que  dans le temps (se souvenir, anticiper). Ce qui est intéressant, et ce qui a été peut-être négliger jusqu’ici, c’est la capacité pour la conscience humaine de faire l’expérience, sans analyse mentale, de la réalité concrète, ici et maintenant, c'est-à-dire dans le présent.

 

Accueillir sa présence au monde, c'est-à-dire la conscience de soi-même dans le présent ne signifie pas grand-chose pour la plupart des êtres humains ne voyant pas l’intérêt d’une telle expérience. Hormis sauter en parachute d’un avion en plein vol où là, nous la ressentons la décharge d’adrénaline ici et maintenant, le moment présent peut nous sembler dans un premier temps d’un ennui colossal, admettons-le. « Oui je sens bien mes pieds ancrés dans le sol, oui je sens l’air entrer dans mes narines et ressortir, oui je la vois la mouche sur la vitre, je l’entends même, oui je sens bien le courant d’air qui me fait frissonner etc etc…Et alors quoi ? Qu’est-ce que ça va m’apporter concrètement dans ma vie de faire cette expérience insignifiante de l’instant présent, me direz-vous ? »

 

Et bien, cette conscience du présent ou la pleine conscience, comme vous préférez, a des effets plus spectaculaires sur votre vie que vous ne le pensez dans un premier temps. Cette conscience du présent est un véritable trésor pour nous les êtres humains, et c’est à force d’en faire l’expérience que nous commençons véritablement à comprendre de quoi il s’agit. D’ailleurs la première fois que j’ai lu « Le pouvoir du moment présent » de Eckhart Tollé, j’ai pensé « cet homme ne vit pas dans le même monde que le commun des mortels. La folie s’est emparé de lui » Mais par l’expérience, les séances de sophrologie, de méditation, j’ai commencé à intégrer son propos petit à petit, même s’il reste toujours à nuancer.

 

En effet, faire l’expérience de sa propre présence, dans cet espace et dans cette seconde précisément, a déjà le mérite de renforcer vos capacités intellectuelles (concentration, mémorisation, intégration….). Puis elle renforce également la capacité à contempler (observer sans analyser, sans nommer quoique ce soi) le monde extérieur ou  soi-même, ce qui permet de faire l’expérience de la beauté du monde plus que d’être un simple observateur. De ressentir la vie circulant dans notre corps. Puis cette présence permet de faire  l’expérience d’être littéralement un champ d’énergie pur, ce qui procure des sensations à la fois subtiles et très puissantes. Cette connexion à soi-même, à tout ce qui nous entoure nettoie notre corps et notre esprit.

 

En d’autres termes, dans le présent, il n’y a ni peur, ni colère, ni frustration, ni amertume du passé qui vient vous hanter et ni crainte de l’avenir incertain. Dans le présent, il peut y avoir, certes, des douleurs physiques ou émotionnelles, mais elles ne sont que le résultat d’un passé sans cesse ressassé. Reconnaitre sa douleur, aussi pénible que soit cette expérience, c’est aussi commencer à la guérir car dans la conscience du présent sans idées ou croyances parasites, non seulement vous vous ressourcer en énergie mais en plus, vous allez poser des actions pour l’apaiser : prendre rendez-vous chez le médecin, pleurer ou crier pour évacuer l’émotion par exemple. Il n’y a aucun mal à cela, tous les êtres humains, sans exception, sont ainsi faits.

 

Vivre sa présence, c’est accepter sa propre nature humaine, avec ses forces et ses imperfections. Le jugement, l’analyse, la médisance sont des fonctionnements aussi inutiles vis-à-vis de nous-même que des autres. Gardons nous de gaspiller notre énergie à ces futilités, notre temps, notre présent est précieux car c’est la seule chose que nous possédons ici bas jusqu’à notre dernier souffle. Tout le reste, ce que vous pensez avoir, posséder, savoir ou être, peut se perdre en une fraction de seconde, et au fond, vous le savez très bien. Des milliers de gens ont en font l’expérience chaque jour.

                                                                                                                                                           

Petit exercice de la conscience du corps et de la présence d’une de vos mains par exemple. Cela sera plus efficace qu’aucune autre explication pour comprendre ce dont il s’agit. Evidemment votre capacité à vous concentrer est indispensable dans ce type d’expérience, c’est un exercice d’auto-observation, sans analyse. Le mental est inutile pour faire cette expérience.

 

Fermer les yeux, prenez un temps pour diriger votre attention vers votre main sans rien toucher, essayer de percevoir votre main, sa présence dans l’espace. Ressentez votre paume, vos doigts, la peau sur le dessus de la main, la température, l’air qui passe entre vos doigts, peut-être percevez-vous le volume ou/et le poids de votre main. Peut être percevez vous l’énergie de la vie dans vos doigts, des picotements, de la chaleur, de la moiteur, peut-être la circulation sanguine.

Ce simple exercice vous permet, à un certain niveau, de comprendre ce que la conscience et la présence permet de percevoir.

 

La conscience de notre présence nous libère, elle nous permet de trouver la paix, la sérénité à toute épreuve. Tout s’équilibre, la beauté et la richesse de notre expérience humaine émergent et elle peut guérir autant l’âme que le corps.

 

Laetitia Ferlin.

LA CONTEMPLATION : UNE CAPACITÉ DE LA CONSCIENCE

Cabinet de Sophrologie Laetitia FERLIN

Sophrologue Spécialisée - Toulouse

 Cabinet Paramédical : 67, rue d'Alsace Lorraine 31000 Toulouse - Haute-Garonne

Téléphone : 06.15.96.18.66 

Siret 751 170 390 00023 

Facebook - Instagram - YouTube - Plan du Site

Copyright 2019-2021